Nous commencerons cette promenade depuis la Plaza de la Fragata de Sitges, sous l’église paroissiale de la Punta, où débute le Paseo de la Ribera :

“Villa Lola” (casa de Josep Barnet Albareda), 1907 (reconstruite en 1976 comme l’original démoli). Passeig de la Ribera, 3. Il s’agit d’un bâtiment moderniste qui met en lumière son toit décoré avec des ornementations florales et balcons courbes avec des balustrades en fer.

Casa Simó Llauradó, 1908, Gaietà Miret; Hotel Celimar, Passeig de la Ribera 20. Bâtiment de trois étages avec façades de portes-fenêtres très décorées selon le style moderniste.

Casa Francesc Robert i Yarzàbal, 1901, Salvador Viñals, Passeig de la Ribera 18. On remarque le balcon couvert qui fait face à la mer.

Casa Isabel Ferret, 1899, Enric Sagnier i Villavecchia. Passeig de la Ribera, 29. Notez les différents types d’ouvertures sur les trois étages et le haut est en bois et en tuiles barbacane avec un rail qui imite les remparts d’un château. Style éclectique.

Casa Marina Planas, 1908, Gaietà Miret; Passeig de la Ribera, 22. Le style moderniste se reflète dans son ornementation florale sur les bords des fenêtres et la balustrade du toit.

Casa Josep Sunyer – Villa Candelaria, 1920. Josep M. Martino Arroyo. Passeig de la Ribera 45 bis. De style Art Nouveau. La galerie souligne ses arcs et les ornements autour des fenêtres.

Casa Pilar Parellada, 1916, J. Domènech Estapà; Passeig de la Ribera, 49. Bâtiment de construction populaire, composé d’un rez de chaussée et deux étages. Il dispose d’un cadran solaire peint sur la décoration de façade. Il a une corniche de premier plan avec toit de tuiles

Casa Gili Casanovas, 1909, Marcelí Coquillat; Passeig de la Ribera, 50. Bâtiment moderniste, balustrade du  bâtiment en pierre ornementation florale dans les moulures des fenêtres. Il a une grille incurvée sur le toit.

Actuel Hotel Santa María.

 

 

Casa Llúcia Catasús Soler, 1915, Josep Graner; Passeig de la Ribera, 54. Style éclectique. Rez de chaussée et 2 étages .le toit est travaillé à la catalane. Au centre se trouve un relief de Sant Jordi à titres de décoration. Au deuxième étage il y a une galerie avec des fenêtres en arc.

Retour sur nos pas, vers le numéro 49, à l’angle de l’Hôtel Subur, prendre à gauche la calle España:

Casa Ferratges, 1910; Carrer de Espanya 13-17. C’est un grand bâtiment moderniste. Les ouvertures du premier étage ont les contours décorés de motifs floraux

Nous continuons jusqu’à la Plaza España, où nous tournons à gauche en passant devant les bureaux de la Poste (Correos) pour arriver à l’Avenida Sofia où les premièrs hôtels particuliers que nous verrons sont :

Casa Emili Sacanella, 1925. Albert Carbó Pompido. Avda. Sofía 26. Style 1900, on note sa tour mirrador inspirée de l’architecture traditionnelle catalane et le cadran solaire sur sa façade principale.

Casa Antoni  Ferratges, 1928. Josep M. Martino Arroyo. Avda. Sofía 19 (actuellement Hotel Capri). Style 1900.

Nous continuons jusqu’au Paseo Maritímo, à la fin de l’Avenida Sofia et nous tournons à droite pour faire la promenade jusqu’à Terramar.
La zone de Terramar a été conçue comme une cité-jardin et a commencé en 1923, favorisée par un industriel de Sabadell, Josep Armengol y Duran. La plupart des bâtiments sont conçus par l’architecte Josep M. Martino, le plus souvent de style 1900, avec des façades face à la mer, avec terrasses et vérandas, souvent avec trois corps pour donner plus d’importance au centre.

Casa Vilella, 1919 (ancienne “Residencia Helvética”). Joan Rubió i Bellver. Passeig Marítim 21. De style moderniste qui rappelle le style d’un mas catalan (pour le profil du toit), mais son entrée est surélevé par rapport au niveau de la rue. Sur les étages supérieurs il y a des galeries à arcades sur des colonnettes

 

 

Casa Francesc Armengol, Villa Florentina, 1919. Josep Renom i Costa. Passeig Marítim 35. Formé par plusieurs corps juxtaposés avec toit à forte pente. Sur le côté faisant face à la promenade il y a des frises de style Art Nouveau.

Casa Sansalvador, 1923. Josep M. Martino Arroyo. Passeig Marítim 61. Suivant le style des maisons dans la région, elle possède plusieurs corps avec des balustrades et une tour de guet avec un cadran solaire. Certaines colonnes soutiennent un porche.

La Reserva, 1924. Josep M. Martino Arroyo. Passeig Marítim 62-63. Spectaculaire bâtiment résidentiel où se trouve la tour d’observation ouverte avec des colonnes ioniques et de larges garde-corps balustres. Style néoclassique

Casa Josep Freixa, 1919. Josep M. Martino Arroyo. Passeig Marítim 69-70. Maison 1900 plus classique. On souligne son fronton à corniche dans le corps principal et l’entrée avec des colonnes ioniques soutenant un toit avec des décorations florales et des vases sculptés dans la pierre.

 

 

Parque del Terramar. À la fin de la promenade on arrive au parc Terramar, les jardins conçus par Miquel Utrillo, avec une allée centrale qui est l’axe de symétrie avec un lac artificiel dans le centre. La passerelle centrale se termine sur une route bordée d’arbres qui finit sur une gloriette.

 

L’Ermita del Vinyet, XVIIIème. Petit sanctuaire dédié à Notre-Dame de Vinyet, érigé où selon la légende, un esclave a trouvé son image sous un cep de vigne (donnant ainsi naissance au nom de “Vinyet”). Il existe des documents sur l’ermitage qui remontent au XIIIème bien que le bâtiment a subi plusieurs réformes majeures de 1727 à 1733. Il est néo-classique, a une seule nef avec 10 chapelles latérales  richement décorées de style baroque et reliées entre elles. Le clocher est de 1872. Tout au long du XXème des améliorations ont été apportées. Les Sitgetans ont une grande dévotion à Notre-Dame de Vinyet, en particulier les marins, dont le dévouement a rempli les arches latérales du sanctuaire avec des navires votives. La façade est austère et simple et contraste avec l’intérieur somptueux et chargé de décorations.

 

<iframe src=”https://www.google.com/maps/d/embed?mid=1Ca1MOX3R6Z8m6pW6RptfZMgAjQL2Swds” width=”100%” height=”480″></iframe>